Select Page

Codognato, bijoutier de la Sérénissime

Codognato, bijoutier de la Sérénissime

La bijouterie Codognato est l’un point de repère de Venise depuis plus d’un siècle, et reste un îlot à part dans une ville dont le cœur a eu tendance à s’éroder.

C’est en 1866 que Simeone Codognato décide d’ouvrir son magasin à l’endroit même où il se trouve aujourd’hui. Plus qu’une entreprise commerciale, c’était un acte de foi. Le fils de Siméon comprit immédiatement l’intérêt considérable des bijoux mis au jour par les fouilles archéologiques contemporaines en Étrurie qui lui ont inspiré un nouvel art révolutionnaire de bijoutier.

ttilio Codognato, l’actuel propriétaire, suit de près les évolutions créatives et accueille dans ses vitrines tout ce qui frappe son imagination. Pour cet homme grand spécialiste de la peinture contemporaine, capable d’éclectisme constructif, c’est aussi une façon d’afficher un goût impeccable : “J’ai créé, au-delà des campagnes traversées par des groupes de musique rare, les fantômes du futur luxe nocturne“. Ce sont les paroles d’Arthur Rimbaud, que l’ont diraient inventées pour la mythique Maison Codognato afin de décrire sa rare alchimie, une passion macabre de bijoutier qui se nourrit de la ville morte et poussiéreuse de Venise.

Avec ses vanités minutieusement détaillées – broches baroques de chambre noire, camées antiques, crânes incrustés de pierres précieuses et anneaux serpentins scintillants – porter Codognato est comme une ode au gothique, un sourire édenté à ceux qui prennent trop au sérieux sa métaphore noire.

Pour certains – souvent des connaisseurs du style qui sont tombés sur cette adresse secrète par hasard – ce sont d’éloquentes capsules temporelles qui représentent beaucoup plus qu’ils ne le suggèrent. Le réalisateur italien Luchino Visconti, qui a lui-même immortalisé la beauté macabre de la ville dans son adaptation de Thomas Mann “Mort à Venise“, se tiendra devant la boutique, fasciné par le regard subliminal du Maure de Codognato – fantôme des peintures de Vittore Carpaccio. Il a également contemplé cette symphonie de crânes monarchiques dansant sur un éclair de serpent d’argent, très convoitée par d’anciens maîtres du style comme Coco Chanel et Diana Vreeland.

Les crânes – enchaînés à des cercueils d’ivoire, drapés dans des feuilles d’or, bouclés sur des dés de diamant, des œillets épissés de serpents en colère – sont des motifs à la mode de nos jours, et Codognato n’y est pas pour rien. Pour reprendre les mots d’Attilio Codognato : “Ils me font penser à ce que je serai un jour et j’essaie donc d’être gentil avec les gens et de vivre ma vie dans cet esprit“.