Select Page

Cet air bas sous les nuées immobiles – Fernando Pessoa

Cet air bas sous les nuées immobiles – Fernando Pessoa

21

Orage

Cet air bas sous les nuées immobiles. Le bleu du ciel devenait sale à force de transparente blancheur.

L’employé, au fond du bureau, suspend un instant la ficelle autour de son éternel paquet…

« Ça m’a tout l’air… » et son commentaire est lourd de statistiques.

Un silence froid. Les bruits de la rue semblent coupés au couteau. On a senti, interminablement, le malaise de toute chose, comme un arrêt cosmique de la respiration. L’univers entier s’était figé. Un instant, puis un autre — un instant encore. Ténèbres noircies d’un silence de charbon.

Tout d’un coup, de l’acier vivant…

Quel son humain rendait le tintement métallique des trams ! Quel paysage joyeux que la simple averse tombant dans la rue ressuscitée de l’abîme !

O ma Lisbonne, mon foyer !