Select Page

Quand donc cesserez-vous – Jean Cocteau

Quand donc cesserez-vous – Jean Cocteau

Quand donc cesserez-vous d’enfoncer votre lance
Interminable, Minerve, au casque d’insecte ?
Tout semble prouver qu’il fallait que je devinsse
Le cobaye de votre expérience infecte.
En ma personne votre lance vient et va
Et votre œil bleu me traverse de bout en bout
C’est d’un voyage autour des îles que m’arriva
Cette fatigue de vous voir toujours debout.
Jamais assise, et le métal de votre robe,
N’étant qu’un cri de guerre. Et votre casque à fente
Lequel votre figure à l’ennemi dérobe
En plein été sous une chaleur étouffante.
À Rome c’est Minerve et Pallas Athéné,
Ici. Vos passeports changent d’âge, de nom.
D’une cuisse et d’une tête vous êtes née.
J’en ai la preuve. N’allez pas me dire non.
Que n’êtes-vous dans la cage du Parthénon ?
Car vous y fûtes. Ne faites pas l’étonnée.