Sélectionner une page

Ballade – Dylan Thomas

Ballade – Dylan Thomas

Je ne saurais manger une rose rouge,
Je ne saurais manger une rose blanche,
C’est en vain que le long cytise rougeoie,
C’est en vain que tombent les neiges cireuses du camélia
Et la crème de lumière du lys.
C’est en vain que les grappes de calices du lilas
Profèrent leur généreuse douceur.
Les abeilles l’adorent ; l’homme
Regarde, admire, désire mais ne mange pas.
Donne-moi la laitue qui s’est rafraîchie
Au cœur de la riche terre :
Sa moindre feuille, joyeuse élève,
Froissée de rire, a la gaieté croquante.
Donne-moi la moutarde et le cresson
Dont les tiges semblent à l’écoute
Comme les nymphes dans la nuit argentée
Au-dessus des tresses du corail;
Le radis qui cligne de l’œil, rond et rouge,
Et brille comme un rubis;
Et la bénédiction de l’oignon
Qui se répand sur le plus modeste repas;
La tête volontaire et glorieuse de la tomate,
Le froid concombre coupé fin;
Et laisse l’impériale betterave
Régner rouge sur toutes choses.
Même si les craintifs poètes préfèrent
Les façons banales des fleurs
Pour chanter leur Belle en bouton et en floraison,
Ces amours végétales, seules, enflamment
Les passions minérales de mon cœur-silex.

Archives par mois