Select Page

La belle au bois dormant – Eyvind Earle

La belle au bois dormant – Eyvind Earle

À 14 ans, Eyvind Earle a eu sa première exposition en galerie. À 23 ans, il a vendu une aquarelle au Metropolitan Museum of Art . Pourtant, même avec ces références artistiques, il lui a encore fallu une décennie et demie pour décrocher un emploi aux studios Walt Disney à Hollywood.

Ce fut chose faite en 1951, à l’âge de 35 ans, par l’intermédiaire d’un ami d’ami. Earle a été embauché comme assistant peintre de fond et a aidé dans la conception et la création de toiles de fond statiques.

Le premier projet de Earle à Disney était Peter Pan. Peu de temps après, il fut promu peintre de fond à part entière pour le court-métrage To Whom the Bulls Toil (1953). Il continua à faire du concept art pour plusieurs films, dont Lady and the Tramp (1955). Mais c’est avec Sleeping Beauty (La belle au bois dormant, 1959) que Earle a vraiment laissé sa marque.

Dès le début, le film fut délicatement mêlé aux beaux-arts. John Hench, maquettiste chez Disney, avait visité le cloître du Met dans Upper Manhattan et est revenu avec une idée, guidé par les tapisseries de la licorne médiévale exposées dans le musée : ce sera le style du film.

Hench a fait quelques dessins, qu’Earle a traduits dans son propre style. Lors d’une réunion de planification avec Walt Disney, Earle a présenté plusieurs peintures conceptuelles mettant en vedette ses paysages luxuriants et ses verticales. Comme l’a dit Ioan Szasz, PDG d’Eyvind Earle Publishing: «Walt est entré, il a regardé Eyvind et a dit:« Okay. C’est tout. Tout le monde suivra Eyvind. « 

La Belle au Bois Dormant fut le premier dessin animé où les peintures de fond ont déterminé la direction d’un film Disney.