Select Page

Solo de trompette bouchée – Jean Cocteau

Solo de trompette bouchée – Jean Cocteau

Diamant du déluge olive bouquet d’astres
Cet ongle du deuil grattait un vieil in-folio
Instantanément lu par ordre des cadastres
Hérodiade seule et folle en ce lit haut
Océanique un noble avaleur de couleuvres
Crache du feu goulu César imperator
Si l’encre éclaboussait l’absence de chefs-d’œuvre
Pourquoi cher Doge veuf cette alliance d’or ?
Nous le fûmes cigare et fume sans nos bagues
Adriatique noce où le vin n’est pas bu
L’archevêque dolmen flagellé par les vagues
Repousse avec horreur un Dieu marin barbu
C’est ma faute c’est mon sémaphore ma faute
Je m’en accuse blême ouvrier du trottoir
Lorsque bottine de Sacher Masoch à marée haute
Une dame pieds nus refusait de s’asseoir
Amor c’était la mort en costume de chasse
Écarlate bien sûr et tu parles… talons
Louis quinze voulait que les savants cherchassent
La fleur jaune de soufre offerte aux étalons.
Montait l’adieu du sexe en large salopette
Multicolore rude averse de bois vert
Le septième ange fit en dressant sa trompette
Entendre un cri de mort le coffre grand ouvert.