Select Page

La patience – Léon Degrelle

La patience – Léon Degrelle

La patience est la première des victoires, la victoire sur soi-même, sur ses nerfs, sur sa susceptibilité. Tant que l’on ne l’a pas acquise, la vie n’est qu’une cascade de capitulations, capitulations dans le fracas, certes, dans des cris qu’on croit des manifestations d’autorité mais qui ne sont qu’abdication devant l’orgueil.

Être patient, c’est attendre son heure, le doigt à la gâchette, comme on guette la proie ; c’est ne bâtir chaque acte du jour que dans l’ordre et l’équilibre, gros moellons qui soutiennent l’édifice.

La patience donne la joie de n’avoir pas cédé.

L’impatience laisse au cœur le reproche de s’être laissé déporter et d’avoir créé autour de soi une agitation vaine et mauvaise.