Select Page

La mort des roses – Nérée Beauchemin

La mort des roses – Nérée Beauchemin

Juin va mourir,
Et, comme une neige, des branches
Qu’il vit fleurir,
Tombent, tombent les roses blanches.

Les tendres fleurs
Tremblantes, à la moindre touche
Des vents frôleurs,
S’ouvraient comme une fraîche bouche.

Le premier feu
De la soleillée assassine
D’un ciel trop bleu,
A fait frémir feuille et racine.

Un seul soleil,
Aux pâles roses, dont se pâme
Le cœur vermeil,
D’un seul baiser, fit rendre l’âme.

Et sur le seuil,
Où les corolles gisent toutes,
L’aurore en deuil
Épand des pleurs, gouttes à gouttes.