Select Page

La femelle de l’espèce – Rudyard Kipling

La femelle de l’espèce – Rudyard Kipling

Quand le paysan de l’Himalaya croise un ours mâle plein de vigueur,
Il crie pour effrayer ce monstre, qui souvent alors se détourne de lui.
Mais lors d’une semblable rencontre une femelle le lacère avec acharnement,
Car la femelle de l’espèce est plus meurtrière que le mâle.

Quand Naga le cobra se dore au soleil et entend un pas insouciant,
Il lui arrive de se tortiller pour se mettre à l’écart et si possible l’éviter.
Mais sa compagne qui campe près du sentier ne se déplacerait pas,
Car la femelle de l’espèce est plus meurtrière que le mâle.

Quand les premiers pères jésuites prêchaient les Hurons et les Choctaws,
Ils priaient pour échapper à la vengeance des squaws.
C’étaient les femmes, non les guerriers, qui faisaient pâlir ces zélateurs,
Car la femelle de l’espèce est plus meurtrière que le mâle.

Le cœur craintif de l’homme déborde de choses qu’il ne doit pas dire,
Car Dieu ne lui a pas donné une femme pour qu’il la dénonce ;
Mais quand le chasseur rencontre le mari, chacun confirme les dires de l’autre :
La femelle de l’espèce est plus meurtrière que le mâle.

L’homme, qui se comporte souvent en ours – ou alors en ver ou en sauvage –
L’homme propose des négociations, l’homme accepte les compromis.
Il est très rare qu’il pousse carrément la logique d’une situation
Jusqu’à sa conséquence ultime par une action extrême.

La peur, ou la bêtise, l’incite, avant d’abattre les malfaisants,
À accorder quelque forme de procès même à son plus féroce ennemi.
Une gaieté obscène détourne sa colère le doute et la pitié le rendent souvent perplexe
Quand il règle un problème au grand scandale des personnes du sexe !

Mais cette femme que Dieu lui a donnée, chaque fibre de son corps
Prouve qu’elle est conçue dans un seul but, armée et équipée de même ;
Et pour atteindre ce but, de peur que les générations ne viennent à manquer,
La femelle de l’espèce doit être plus meurtrière que le mâle.

Elle qui affronte la mort dans la torture avec chaque vie en son sein
Ne s’autorise ni doute ni pitié et ne doit pas se laisser dévier par un fait ou une plaisanterie.
Ce sont des diversions purement masculines là n’est pas son honneur.
Elle, cette autre loi sous laquelle nous vivons, est cette loi et rien d’autre.

Elle ne peut apporter plus à la vie que ses pouvoirs d’exception
En tant que mère du nourrisson et maîtresse du conjoint.
Et si, alors qu’elle n’a ni bébé ni mari, elle défile, sans attache, s’attachant à revendiquer
Les droits de l’épouse (et de l’époux), ses armes sont les mêmes.

Elle a épousé des convictions — à défaut de liens plus grossiers ;
Ses opinions sont comme ses enfants, que Dieu aide celui qui les conteste !
Il provoquerait non pas un débat courtois, mais le réveil furieux de la femelle de l’espèce,
Instantanément chauffée à blanc, guerroyant comme pour défendre son époux et son enfant.

Des attaques terribles, sans avoir été provoquée ainsi se bat l’ourse,
Des paroles qui dégoulinent, rongent, empoisonnent ainsi mord le cobra,
Une vivisection scientifique d’un nerf jusqu’à ce qu’il soit à vif
Et que la victime se torde de douleur comme le jésuite avec la squaw !

Et voilà comment l’homme, ce lâche, quand il se réunit en assemblée
Pour s’entretenir avec d’autres braves, n’ose pas laisser une place pour elle,
Là où, en guerre avec la vie et la conscience, il lève sa main faillible
Vers un dieu de la justice abstraite – ce qu’aucune femme ne comprend.

Et l’homme sait cela ! Il sait, en outre, que la femme que Dieu lui a donnée
Doit commander mais non gouverner, le captiver mais non l’asservir.
Et elle-même sait, puisqu’elle l’en avertit, et son instinct ne la trompe jamais,
Que dans sa propre espèce la femelle est plus meurtrière que le mâle.