Select Page

Bonté de l’opium – Jean Cocteau

Bonté de l’opium – Jean Cocteau

L’opium avait tout de même une machine
Assez étonnante convenons-en.
Vous savez l’inutilité du décor de Chine
De ses livres et de ses mauvais partisans.
À vrai dire on s’attache un monde en liège
Un ciel entre ses mains nous caresse le corps
Une douce épaisseur des crimes protège
On profite vivant du mensonge des morts.
Une main a levé pour moi le rideau calme
Un rire m’a sorti de ce monde épais
Mais ni le Nil du soir ni l’étoile des palmes
Ne peuvent figurer cette sublime paix.
Si je conseille mal vos fils, mères jalouses
Peu importe, je dois dire la vérité ;
On n’aime pas toujours le destin qu’on épouse
Et de Dieu l’opium imite la bonté.