Sélectionner une page

Le grand méchant Renard et autres contes – Patrick Imbert

Le grand méchant Renard et autres contes – Patrick Imbert

Ceux qui pensent que la campagne est un lieu calme et paisible se trompent, on y trouve des animaux particulièrement agités, un Renard qui se prend pour une Poule, un Lapin qui fait la Cigogne et un Canard qui veut remplacer le Père Noël. Si vous voulez prendre des vacances, passez votre chemin….

Le Grand Méchant Renard et autres contes s’inspire de la bande dessinée de Benjamin Renner qui remporta le Prix des Lecteurs du Journal de Mickey 2015, le Prix de la BD FNAC 2015 et le Fauve Jeunesse en 2016 au Festival d’ Angoulême. Pour transposer son petit bijou au cinéma, l’auteur s’entoure de Patrick Imbert avec qui il a déjà réalisé l’adaptation du roman de Daniel Pennac Ernest et Célestine, couronnée en 2013 du César du meilleur film d’animation. 

Sur fond de rideau rouge, trois petites fables Un bébé à livrerle grand méchant renard et Le Noël parfait sont présentées comme une pièce de théâtre pour enfants. Cette série de petites histoires met en scène les mêmes personnages dans des situations différentes qui toutes traitent, par le biais de la comédie, des problématiques humaines de manière amusante et accessible à tous. Dans un décor de ferme aux couleurs pastel, cohabitent tant bien que mal un lapin pas bien futé, un cochon débonnaire, un canard râleur, un chien paresseux et une poule caractérielle. Au hasard des saynètes, ils seront rejoints par une cigogne éméchée et tire-au-flanc qui, sous prétexte qu’elle n’a pas le courage de faire la livraison elle-même, confie le bébé à un lapin irresponsable puis par un renard malingre qui en rivalité avec le grand méchant loup ne parvient pas à trouver sa place de prédateur. Il imagine alors de voler les œufs, d’élever les poussins, et finalement de les croquer. Mais voilà que le renard dont l’instinct maternel ne cesse de croître, se retrouve dans la totale incapacité de les dévorer. C’est assurément ce conte-là qui est la combinaison parfaite de gags jubilatoires et d’émotion sous-jacente sur le thème éternel de l’opposition entre filiation biologique et filiation adoptive.

Néanmoins, les deux autres volets ne sont pas en reste. Bénéficiant tous d’une belle énergie Un bébé à liver et Le Noël parfait reposent plus particulièrement sur des situations comiques à la Tex Avery où la vivacité de l’action est de première importance. Les personnages jetés sur le papier à l’aide de quelques traits ultra expressifs communiquent au spectateur un rendu vivant et naturel, accentué encore par les tournures de phrases savoureuses et le ton spontané des voix des acteurs adultes ou enfants (les intonations des voix de poussins en feront craquer plus d’un).

L’animation dynamique dessinée à la main avec un style épuré et l’efficacité du scénario créent un univers ludique propre à stimuler l’imaginaire, bien loin des images 3D léchées et ultra réalistes des blockbusters d’animation sortis des grands studios américains.

Enfin, afin de nous combler pleinement, les auteurs-réalisateurs ont souhaité faire appel au talent du compositeur Robert Marcel Lepage. Résultat : une bande originale qui complète les images et le ressenti et apporte une verve humoristique supplémentaire aux situations de comédie autant qu’aux moments d’émotion.

Finesse, tendresse, gags désopilants… Assurément un vrai bon moment de plaisir que l’on ne restreindra pas aux enfants !

Archives par mois