Select Page

Instant stories – Wim Wenders

Instant stories – Wim Wenders

“Instant stories” offre une rare occasion de voir le travail personnel et inédit du cinéaste Wim Wenders (né en 1945, en Allemagne), nommé aux Oscars, et donne un aperçu singulier des processus de pensée, préoccupations et inspirations esthétiques de l’artiste.

Bien que ses plus grandes œuvres photographiques soient bien connues, c’est la première fois qu’il présente une sélection des milliers de photographies Polaroid prises, en promenade ou en coulisses, entre le début des années 1970 et le milieu des années 1980. La fascination de Wenders pour le Polaroid provient de son adoption précoce du format alors qu’il apprenait le métier de cinéaste à la fin des années 60. Les polaroids fonctionnaient comme un carnet visuel – une façon de tester les cadres et les idées – mais ils lui offraient surtout une sorte d’espace liminal entre le sujet et la photographie, le photographe et l’acte de prendre une photo, l’intention et le résultat.

L’ensemble du processus Polaroid (et de la procédure) n’a rien à voir avec notre expérience contemporaine, lorsque nous regardons des apparitions virtuelles et en fuite sur un écran que nous pouvons supprimer ou passer au suivant. Vous avez alors produit et possédé un original ! C’était une vraie CHOSE, un objet singulier en soi, pas une copie, pas une empreinte, pas multipliable, pas répétable. Vous n’avez pas pu vous empêcher de penser que vous aviez volé cet objet-image au monde. Vous aviez transféré un morceau du passé dans le présent.” – explique t’il en introduction du catalogue de l’exposition, en 2017

Instant Stories présente plus de 200 polaroïds de Wenders comprenant des portraits d’acteurs et d’équipes, d’amis et de membres de la famille, des coulisses, des natures mortes, des photographies de rue et des paysages. Outre des photos intimes,  et des hommages à ses inspirations artistiques, dont Fassbinder et Warhol, les images de petit format nous emmènent dans un voyage littéral et métaphorique à travers l’Europe et les Etats-Unis. Depuis son premier voyage à New York, sa fascination pour la télévision américaine, ses vues depuis les toits (il n’avait jamais été aussi haut), ses vitrines, ses routes, ses voitures et bien d’autres enregistrements visuels, les polaroids de Wenders reflètent une vision originale et lyrique, à la fois intime et poignante.