Select Page

Phénomène céleste de Nuremberg – Hans Glaser

Phénomène céleste de Nuremberg – Hans Glaser

Alors que le soleil se levait le 14 avril 1561 sur la ville allemande de Nuremberg, les habitants ont vu ce qu’ils ont décrit comme une sorte de bataille aérienne se dérouler dans un fort éblouissement – avec la danse erratique d’orbes, de croix et de cylindres, puis l’apparition d’un grand et mystérieux objet noir en forme de flèche, suivie par une chute à la frontière de la ville. Plus tard dans le mois, l’artiste local Hans Glaser a produit une grande feuille offrant une gravure sur bois de la scène et une description détaillée de ce qui a été vu. Le texte se lit comme suit :

En l’an 1561 le 14 avril au matin, entre l’aube et peu après vers quatre ou cinq heures à la montre, est apparu sur le soleil alors qu’il se levait une vision effrayante et vue par nombre d’hommes et de femmes à Nuremberg, à la porte de la ville, et dans la campagne. D’abord sont apparus avec le soleil deux arcs rouge sang comme la lune dans son dernier quartier, en haut et en bas scintillant comme le soleil, et des couleurs de sang de chaque côté. Tout autour du soleil on voyait de nombreuses sphères, de couleur bleuâtre ou ferreuse ou noire. D’autres couleur de sang étaient formées en cercle de chaque côté du soleil. D’autres encore sont apparues par rangs de trois, d’autres par rangs de quatre. Entre ces dernières on voyait des croix rouge sang. Et entre toutes ces sphères et croix des trainées rouge sang à l’arrière plan. À cette vision se mêlaient des cylindres souples et creux. Il y avait aussi trois grands cylindres, un à main gauche, un à droite et un troisième au-dessus du tout. Et dans ces cylindres étaient quatre sphères ou plus. Tous ceux-là on commencé à se battre entre eux : on rapporte que les sphères sont d’abord entrées dans le soleil, et en sont ressorties pour s’entrechoquer, les grands cylindres ont commencé à se tirer dessus avec des sphères. Pendant une bonne heure, tout cela a combattu violemment et lutté jusqu’à épuisement des forces en s’élevant et s’abaissant devant le soleil. Enfin, comme il a été rapporté, tous les objets ont chuté vers la terre, comme s’ils voulaient tout incendier et sont finalement tombés sur le sol dans un grand élèvement de vapeur et se sont dissous. Après ce spectacle, on raconte qu’est apparue dans le ciel une chose semblable à un grand et large fer de lance noir, son emmanchement orienté à l’est et sa pointe à l’ouest. Mais ce que tous ces signes signifient, Dieu seul le sait. Mais comme nous avons vu se succéder ces derniers temps dans le ciel tant de signes différents que Dieu tout-puissant a fait apparaître — comme s’il voulait nous faire faire pénitence pour notre vie de péchés — nous sommes si ingrats que nous négligeons de tels signes et prodiges, et que nous plaisantons sur le sujet et en faisons fi. Il est à craindre que Dieu nous inflige une terrible punition pour notre ingratitude. Cependant ceux qui craignent Dieu ne le négligeront nullement et tous ceux-là garderont fidèlement l’avertissement de leur Père miséricordieux, amélioreront leur vie et serviront Dieu avec joie pour que celui-ci détourne de nous sa colère et la punition méritée. Pour que nous comme ses enfants puissions vivre ici pour un temps et là-bas pour l’éternité.

Que Dieu nous vienne en aide. Amen.

Par Hans Glaser, peintre de lettres à Nuremberg.

Interprété religieusement à l’époque, ce phénomène fut plus récemment considéré comme une observation précoce d’êtres extraterrestres – le témoignage d’une sorte de bataille de vaisseaux spatiaux étrangers se déroulant dans le ciel bavarois. Bien qu’il ne faille peut-être pas exclure totalement une interprétation aussi farfelue, il est plus probable que les bons habitants de Nuremberg aient été témoins ce matin-là de parhélie. Ce phénomène atmosphérique est une sorte de halo créé par la lumière du soleil qui interagit avec les cristaux de glace de l’atmosphère : il apparaît normalement sous forme de deux halos de lumière colorés à gauche et à droite du Soleil.