Select Page

Calligrammes, poèmes de la paix et de la guerre – Guillaume Apollinaire

Calligrammes, poèmes de la paix et de la guerre – Guillaume Apollinaire

Guillaume Apollinaire est notamment connu pour ses « calligrammes » dans lesquels le caractère et la disposition des mots de la page ajoutent au sens des compositions. La collection peut ainsi être considérée comme une contribution à la tradition de la poésie concrète ou visuelle. Considéré comme l’ancêtre du surréalisme, Apollinaire décrit son travail comme suit :

Les Calligrammes sont une idéalisation de la poésie en vers libres et de la précision typographique à une époque où la typographie touche à sa fin, à l’aube des nouveaux moyens de reproduction que sont le cinéma et le phonographe. (Guillaume Apollinaire, dans une lettre à André Billy)

Sous-titrés « Poèmes de paix et de guerre 1913-1916« , de nombreux poèmes traitent de l’expérience d’Apollinaire en temps de guerre en tant qu’artilleur et officier d’infanterie. Il fut grièvement blessé à la tempe en 1916 par un éclat d’obus et c’est au cours de sa guérison qu’il inventa le mot « surréalisme » dans les notes de programme du ballet de Jean Cocteau et d’Erik Satie Parade. Bien qu’il se soit finalement rétabli, la blessure l’a affaibli et Apollinaire est devenu l’une des nombreuses victimes de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Publié l’année de sa mort, Calligrammes demeure l’un des livres les plus influents du XXe siècle.