Select Page

Blue box – Mayumi Miyawaki

Blue box – Mayumi Miyawaki

Mayumi Miyawaki est un architecte japonais. Il a hérité de son père Kazuo Miyawaki et de sa mère, tous deux artistes, une grande habileté en dessin. Il démarra ses études la Tokyo National University of Fine Arts and Music (BA, 1959), pour ensuite se spécialiser en design urbain à la University of Tokyo (Master of Technology, 1961). À la fin des années 1960 et au début des années 1970, il a mené des études scientifiques sur des villages historiques japonais. Son premier grand projet fut en 1966 la conception d’une maison appelée Chalet Moby Dick, près du lac Yamanaka et du Mont Fuji dans la préfecture de Yamanashi. Ce bâtiment a incorporé les caractéristiques de l’architecture shintoïste et bouddhiste à l’extérieur, avec un intérieur en forme de grotte, il a été démoli par ses nouveaux propriétaires dans les années 90.

En 1971, il forme le groupe d’avant-garde contre métaboliste ARCHITEXT, une association de jeunes architectes qui expose pour la première fois à Tokyo en 1971. Il comprenait quatre architectes, Aida Takefumi, Azuma Takamitsu, Suzuki Makoto, Takeyama Minoru.

La recherche d’hétérologie architecturale de Takeyama et le souci d’Azuma pour la « polyphonie » expriment la diversité d’approche qui caractérisait Architext ; en outre, le groupe était chargé de promouvoir ce que l’on a appelé « l’architecture pop », « l’architecture défensive », « l’architecture en voie de disparition » et ce que Aida appelle « l’architecture du silence ».

Beaucoup d’œuvres de ce groupe révèlent une attitude introvertie ou défensive à l’égard de leurs quartiers ; à cet égard, ils ont été les précurseurs de l’architecture résidentielle de jeunes architectes comme Toyokazu Watanabe, Toyo Ito, et surtout Tadao Ando. Parmi les autres architectes qui se sont consacrés à la communication architecturale, citons Kito (Monta) Mozuna et Team Zoo – Atelier Zo (fondé en 1971), d’autres ont commencé à « tourner le dos à la ville », confrontés au commercialisme, à la pollution et à l’aliénation.

Dans les années 1970, les projets de Miyawaki étaient régis par son idée d' »architecture primaire », caractérisée par la manipulation des formes cubiques, l’accent mis sur les couleurs vives, les fenêtres et les puits de lumière, et la création d’intérieurs chaleureux. Son utilisation de la boîte en béton reflétait son attitude défensive face à l’influence perturbatrice de l’environnement urbain extérieur. Citons par exemple la série de succursales de la banque Akita Sogo Bank (Morioka et Sendai, 1970 ; Futsatsui, 1971 ; Honjō, 1973) et de nombreuses maisons  » box  » telles que cette Blue Box (1971), Tokyo, Green Box (Nos 1 et 2, 1972), préfecture de Kanagawa, Yoshimi Box (1979), Yokohama et Matsukawa Box (1971 et 1978), Tokyo pour lesquelles il reçoit le Prix du Architectural Institute of Japan (1980). Dans les années 1980, son travail combinait de plus en plus des éléments de la forme architecturale traditionnelle japonaise avec ceux des espaces de vie modernes.

La blue box a été conçue par Mayumi Miyawaki en 1971. L’extérieur bleu vif est typique du style architectural de l’époque. Une caractéristique originale de ce bâtiment en béton en forme de boîte est l’ouverture sous le porte-à-faux qui permet au bambou de pousser à l’intérieur de la structure jusqu’à une cour au-dessus. Ce dernier a maintenant été rempli en même temps que l’œuvre d’art de style graffiti qui ornait l’espace du garage au niveau de la rue, suite à une rénovation « assez agressive »…