Select Page

L’invocation suprême – Walt Whitman

L’invocation suprême – Walt Whitman

A la fin, tendrement.
Au travers des murs de la puissante maison fortifiée.
Éludant les verrous hermétiquement joints, la protection des portes solidement closes,
Que je sois emporté comme un souffle.

Que je sorte en glissant sans bruit ;
Avec la clef de la douceur ouvre les serrures — avec un murmure.
Ouvre les portes toutes grandes, ô âme.

Tendrement — ne sois pas impatiente,
(Forte est ton emprise, ô chair mortelle.
Forte est ton emprise, ô amour.)