Select Page

Les sobres pages que nous avons lues – Fernando Pessoa

Les sobres pages que nous avons lues – Fernando Pessoa

51

Le ciel de l’été finissant s’éveillait chaque jour d’un bleu-vert terne, pour virer rapidement à un bleu atténué d’un peu de blanc muet. A l’ouest, cependant, il était de la couleur qu’on attribue généralement au ciel tout entier.

Dire la vérité, trouver ce que l’on attendait, nier que toute chose ne soit qu’illusion — combien ont recours à ces expédients dans leur chute et leur subsidence, et comme les noms illustres maculent de majuscules, comme celles des cartes géographiques, les subtilités des sobres pages que nous avons lues !

Cosmorama d’imaginer que se produit demain l’événement qui jamais n’aurait pu se produire ! Lapis-lazuli des émotions intermittentes ! Combien de souvenirs peut loger, rappelle-toi, une hypothèse fictive, simple vision ? Et dans un délire entretissé de certitudes, léger, bref et suave, le murmure de l’eau de tous les jardins s’élève, émotion pure, du fond de ma conscience de moi-même. Vides, les vieux bancs, et les allées qu’ils jalonnent étirent leur mélancolie de rues désertes.

O nuit d’Héliopolis ! Nuit d’Héliopolis… Qui te dira les mots inutiles, qui me rachètera, par le sang et par l’indécision…