Select Page

Je m’irrite du bonheur de tous ces gens – Fernando Pessoa

Je m’irrite du bonheur de tous ces gens – Fernando Pessoa

40

Je m’irrite du bonheur de tous ces gens qui ne savent pas qu’ils sont malheureux. Leur vie humaine est remplie de faits qui constitueraient une série de tourments sans fin pour une sensibilité véritable. Mais comme leur vraie vie est purement végétative, ce qu’ils subissent passe sur leur tête sans toucher leur âme, et leur existence, en fin de compte, ne peut être comparée qu’à celle d’un homme affligé d’une rage de dents, mais héritier aussi d’une grosse fortune — cette authentique fortune de vivre sans même s’en apercevoir : c’est là le don le plus précieux que puissent nous faire les dieux, car il nous rend semblables à eux et supérieurs, comme eux (quoique de manière différente), à la joie comme à la douleur.

C’est pourquoi, malgré tout, je les aime tant, mes chers végétaux !