Select Page

Love land and stop time – Jur Oster

Love land and stop time – Jur Oster

Les Brésiliens sont des gens passionnés. Ils n’ont pas peur de montrer leur corps ou d’exprimer publiquement leur sensualité, comme en témoignent leurs célébrations exubérantes du Carnaval chaque mois de février. L’infidélité est généralement considérée, même si elle n’est pas pratiquée ouvertement.

Paradoxalement, avoir de multiples partenaires, l’homosexualité et d’autres relations non conventionnelles, restent en conflit avec les valeurs dominantes et conservatrices qui sont profondément ancrées dans la réputation charnelle du pays.

Les familles nombreuses vivent souvent ensemble dans de petites maisons étroites, où il est difficile de trouver la vie privée. Les jeunes Brésiliens, qui ont tendance à vivre chez eux jusqu’à leur mariage, ne peuvent pas ramener leurs partenaires à la maison pour avoir des rapports sexuels. Et indépendamment de leurs penchants sexuels, la plupart des Brésiliens préfèrent éviter une réputation personnelle, et né par conséquent un désir d’exprimer leur sexualité, discrètement et en privé.

Les motels d’amour brésiliens sont partout; dans les zones urbaines et rurales, même dans la jungle. Ces “évasions romantiques” alléchantes (bien qu’un peu ringardes) offrent une alternative passionnante à avoir des relations sexuelles en plein air (une pratique courante au Brésil). Ils sont généralement entourés de hauts murs mais sont toujours facilement reconnaissables par des noms évocateurs, comme “Red Love”, “Stop Time”, “Tropicál” et “Álibi”, clignotant dans un néon coloré à la porte.

Passionnée par la culture de l’amour au Brésil, Jur Oster a documenté les intérieurs authentiques des motels brésiliens sur une période de deux ans. Avec cette série “Love land and stop time” il capture un phénomène culturel fascinant et riche en paradoxe.