Select Page

Manière noire – Mario Avati

Manière noire – Mario Avati

Peu de maîtres de l’art moderne ont consacré la plupart de leurs talents artistiques au médium dangereux de la mezzotinto. Du balancement de la plaque au grattage et au polissage pour faire sortir la lumière de l’obscurité, la mezzotinto a été appelée à juste titre la plus délicate et la plus complexe de toutes les méthodes artistiques. Pourtant, aucun autre art ne peut donner naissance à des zones d’ombre et de lumière aussi magnifiques que ce médium purement tonal.

Les principaux artistes du XXe siècle de la mezzotinto sont D. E. Galinis, Yozo Hamaguchi, Kiyoshi Hasagawa et Mario Avati.

D’origine italienne, Mario Avati est né à Monaco et a étudié l’art à Paris. Ses premières expositions personnelles ont eu lieu à Paris, où il a passé la majeure partie de sa carrière. En 1955, Mario Avati a acquis une réputation internationale avec des expositions majeures de son art à New York, Tokyo, Londres et Los Angeles. Les liens américains d’Avati sont bien connus : il a travaillé avec le prestigieux Tamarind Workshop et le Museum of Modern Art de New York possède l’une des plus importantes collections de ses gravures.

Les érudits ont souvent écrit sur des éléments surréalistes dans l’art d’Avati. Jean Adhemar, en effet, a écrit que les mezzotintos de Mario Avati expriment “un univers étrange et dévasté”. Avati est célèbre pour combiner des formes apparemment incongrues pour obtenir des images fortement évocatrices, et de ce point de vue son art est lié au surréalisme. Même dans ses études animales plus réalistes et ses natures mortes, l’imagerie est imprégnée d’éléments mystiques dérivés des relations spatiales uniques du milieu mezzotinto.

De plus, Mario Avati est un artiste extrêmement méticuleux. Il fait osciller ses propres plaques de mezzotinto – parfois jusqu’à vingt-quatre heures – afin d’obtenir les tonalités les plus satisfaisantes et veloutées. Il s’intéresse particulièrement au papier (il privilégie un papier pur chiffon avec un encollage léger) et prend en charge l’ensemble du processus artistique en imprimant ses propres plaques. Dans un essai de 1976 sur la mezzotinto, Avati avait même des mots d’avertissement aux collectionneurs : “La fragilité de la mezzotinto est son seul point faible. Les collectionneurs doivent être avertis de manipuler ces tirages encore plus soigneusement que les autres, car la moindre égratignure endommage l’impression au-delà de toute réparation. Malheureusement, la surface veloutée et profonde attire facilement les doigts d’exploration qui laissent inévitablement une trace brillante sur le velours.”