Select Page

Fantasy – Vicente Segrelles

Fantasy – Vicente Segrelles

Vicente Segrelles est né à Barcelone (Espagne) le 9 septembre 1940 pendant l’après-guerre, après la guerre civile espagnole. Son enfance s’est déroulée dans une atmosphère particulière : son père aimait les peintures et les inventions, et son oncle, José Segrelles, jouissait d’un prestige international en tant qu’illustrateur et aquarelliste. Cette atmosphère a influencé sa passion innée pour le dessin, à laquelle il a consacré n’importe quel moment libre.

Mais à cette époque les choses n’étaient pas faciles, surtout pour prendre un risque avec une affaire aussi incertaine que l’art l’était. Alors à quatorze ans il entra dans l’école de formation de l’ENASA, l’usine de camions de Barcelone qui produisait Pegaso. Là, dans une sorte de lycée orienté vers la spécialisation technique, il apprend la mécanique, le dessin technique et la connaissance des matériaux. A dix-sept ans, il était déjà dessinateur et bientôt il est passé au département des publications techniques de l’ENASA, où des catalogues d’instructions et de pièces de rechange ont été réalisés. Segrelles a contribué avec de nouvelles idées, révolutionnant complètement le concept artistique des publications, et a été bientôt bien considéré par ses supérieurs. Quoi qu’il en soit, le travail n’a pas encore satisfait Segrelles, toujours amoureux de l’illustration, bien qu’il lui ait fourni une grande facilité dans la perspective, le dessin au trait et d’autres sujets qui lui seraient très utiles dans un futur proche.

En même temps, Segrelles poursuivait sa formation autodidacte en dessin artistique, à laquelle il consacrait tout son temps libre. Il a expérimenté différentes techniques artistiques (aquarelle, encres de Chine, gouache, huile traitée à l’aquarelle et ainsi de suite) et a préparé des échantillons. C’est en 1960 qu’il a pris contact pour la première fois avec l’illustration professionnelle à travers Afha Editorial, à qui il a illustré l’Odyssée et l’Iliade d’Homère.

Enfin, à 23 ans, il a quitté l’ENASA et, par le biais d’une annonce dans la presse, il est entré dans Ruescas McCann Erikson, une agence de publicité à Barcelone, en tant que spécialiste de la silhouette et de la couleur. Un an plus tard, il est passé dans une autre agence à Saragosse en tant que directeur de la conception. Il a vécu à Saragosse pendant plusieurs années, où il s’est marié et a eu la première de ses deux filles.

Mais son penchant pour l’illustration l’a poussé à chercher de nouvelles matières et, en 1968, il a contacté l’Editorial Bruguera, à Barcelone. Par correspondance, il leur a fait plusieurs collections d’estampes colorées et a également illustré quelques livres. En 1969, il entre en contact avec une agence d’artistes appelée Selecciones Ilustradas et entame une collaboration avec une série d’illustrations sur les armes occidentales. Cela signifiait pour Segrelles la découverte d’un nouveau monde, le monde de l’illustration internationale d’élite. En 1970, il a finalement décidé d’abandonner la publicité et de se consacrer exclusivement à l’illustration.

A cette époque, il a repris sa collaboration avec Editorial Afha, illustrant de nombreux ouvrages de référence pendant plusieurs années. Il a également écrit certains de ces livres, car ils traitent de sujets qu’il aime beaucoup : les inventions, les navires, les avions, les armes et ainsi de suite. En 1974, il décide de se rapprocher et de s’installer dans une petite ville balnéaire à 50 km de la capitale, où naquit sa deuxième fille et où il vit toujours. En 1976 et 1977, il a collaboré avec un récent magazine de Barcelone, INTERVIÚ, en créant des illustrations en noir et blanc pour leurs articles pendant 30 numéros.

Parallèlement, Segrelles poursuit sa carrière d’illustrateur de couvertures de livres, d’abord chez Selecciones Ilustradas puis chez Norma Agency. Il s’est spécialisé dans les sujets de fantaisie et de science-fiction, bien qu’il ait aussi peint des couvertures sur des histoires occidentales, de terreur, de guerre et de détectives. Au milieu des années soixante-dix, alors qu’il était déjà affirmé en Europe, Segrelles est entré sur le sévère marché nord-américain et a commencé à produire des illustrations et des couvertures pour les meilleures maisons d’édition aux Etats-Unis.

En 1980, attiré par la bande dessinée, Segrelles a créé THE MERCENARY, un personnage qui l’a fait connaître dans le monde entier et a même été salué par le réalisateur Federico Fellini. Peint à l’huile et publié dans 14 pays, THE MERCENARY était une belle bande dessinée fantastique en couleur qui mettait en évidence toute l’expérience et les passe-temps du shérif Pathis. Peu à peu, il a passé de plus en plus de temps dans les romans graphiques, et au début des années 90, a abandonné son travail sur les couvertures de livres pour se consacrer entièrement à THE MERCENARY. Toutefois, en 1991, il s’est brièvement attaqué à la bande dessinée avec deux volumes d’un nouveau personnage, SHERIFF PAT. Fatigué de la technique à l’huile, Segrelles décide en 1998 d’essayer l’informatique pour la création de ses romans graphiques. Quelques images réalisées avec cet outil ont finalement été incluses dans le dixième volume de la série MERCENARY, GIANTS. Les volumes suivants de la série, qui atteignent maintenant le livre 13 avec THE RANSOM II, ont été entièrement créés avec des ordinateurs.

Pendant son temps libre, Segrelles utilise la terre pour faire des figures de nus, de guerriers, de dragons et ainsi de suite. Il aime aussi faire des maquettes à l’échelle à partir de zéro, de bateaux, d’avions et de châteaux. Parmi ses maquettes, il y a un avion en aluminium Messerschmit 109 d’un mètre de long qu’il a réalisé à partir du plan du constructeur trouvé dans un livre, avec ses bois, son train d’atterrissage rétractable avec suspension dans les roues et bien d’autres détails ; une maquette de 1,60 m du bateau de Colomb, la Santa María, où même les poulies travaillent et tirent ; un dragon volant articulé en bois ; un modèle de plus de deux mètres carrés pour trains électriques avec un petit château, etc.

Le dernier divertissement de Segrelles a été la construction, pièce par pièce, d’un château d’un mètre de haut et d’un poids de 300 kg. Au début, il devait être l’entrée d’une muraille fortifiée, mais il a évolué mystérieusement et a finalement obtenu deux tours, un pont et, en clin d’œil à Mercenary, un dôme.

Segrelles aime aussi peindre des paysages marins sur toile. Les mers houleuses sont ses préférées.