Select Page

Carnets pédagogiques – Paul Klee

Carnets pédagogiques – Paul Klee

Pedagogical Sketchbook est un livre de Paul Klee, basé sur ses nombreuses conférences sur la forme visuelle à l’école d’art du Bauhaus où il a été professeur entre 1921-1931. A l’origine écrit à la main – comme une pile de notes de travail qu’il utilisait pendant ses cours – il a finalement été édité par Walter Gropius, conçu par László Moholy-Nagy et publié en 1925 comme manuel de l’étudiant du Bauhaus (Bauhausbucher No.2, deuxième de la série des quatorze livres du Bauhaus) sous le titre original : Pädagogisches Skizzenbuch. Il a été traduit en anglais par Sibyl Moholy-Nagy (en 1953), qui en a également rédigé une introduction.

Avec d’autres livres du Bauhaus tels que Theory of Color (de Johannes Itten) et Point et ligne sur plan (de Wassily Kandinsky), Pedagogical Sketchbook est un héritage de méthodes d’enseignement sur la théorie et la pratique de l’art à l’école du Bauhaus.

Au cours de sa carrière d’enseignant au Bauhaus, Klee a réfléchi sur ses propres méthodes et techniques de travail. “Quand je suis devenu professeur, écrivait-il, je devais rendre compte explicitement de ce que j’avais l’habitude de faire inconsciemment.” Il a laissé plus de 3000 pages manuscrites développées comme base théorique pour ses conférences, dont certaines sont encore inédites.

De la même période provient un autre de ses livres : L’Œil pensant, traitant des mêmes questions que le carnet de croquis pédagogique, mais d’une portée beaucoup plus large. Le livre ne fut cependant publié” qu’à titre posthume, en 1956.

Pedagogical Sketchbook est une investigation artistique des principes dynamiques dans les arts visuels. Klee emmène ses élèves dans une “aventure du voir ” en les guidant pas à pas à travers un cadre conceptuel stimulant. Les objets sont rendus dans une relation complexe avec les concepts physiques et intellectuels de l’espace. Il s’agit d’un exercice de réflexion sur l’art moderne.

Dans son introduction, Sibyl Moholy-Nagy divise le livre en 4 parties différentes correspondant aux 4 cadres conceptuels. Chaque cadre est illustré par des dessins complexes (mélange de ce qui ressemble à des esquisses arithmétiques ou géométriques créatives, des gribouillis et des notes mentales).

  • Le chapitre de départ concerne la ligne et la structure. Un point va pour une promenade…. librement et sans but. Le point est un “point de progression” et en déplaçant sa position vers l’avant devient une ligne. Les variations de lignes conduisent à des structures encore plus complexes. Il peut se déplacer librement dans un trait calligraphique, ou circonscrire, agir comme une définition planaire, comme un élément structurel mathématique (comme dans le nombre d’or) ou comme un chemin en mouvement (lorsqu’il coordonne des mouvements cinétiques comme dans la contraction musculaire). Le monde de l’artiste est dynamique – à l’état de devenir – plutôt que statique.
  • Dans “Dimension et équilibre”, la ligne est liée aux concepts psychologiques et sociaux de l’espace. Klee explique la subjectivité de notre perception en comparant des exemples d’illusion d’optique avec l’horizon et la perspective. Nous les utilisons comme points d’orientation à l’intérieur de l’espace. A titre d’illustration, Klee utilise un dessin stylisé représentant un funambule avec un bâton de bambou comme point “horizon”, tout en gardant son équilibre. Ces exemples évoquent notre réalité telle qu’elle est construite et arbitrairement. “La dimension n’est en soi rien d’autre qu’une expansion arbitraire de la forme en hauteur, largeur, profondeur et temps”. En remettant en question la perception conventionnelle de ses élèves, Klee leur montre une voie “au-delà” du monde physique, dans le monde métaphysique et spirituel. C’est une invitation à aborder l’art intuitivement, car la perception extérieure peut être trompeuse (socialement construite).
  • La troisième partie traite de la courbe de gravitation. Un tout premier dessin d’une forte flèche noire pointant vers le bas postule que l’homme est une figure tragique toujours amené à s’effondrer à cause d’une force gravitationnelle. Cependant, Klee souligne également que l’eau et l’atmosphère sont des régions de transition, où l’esprit s’allège et se libère. Il s’agit d’un espace spirituel ouvert aux positions dynamiques, aux nouveaux symboles et aux co-relations imaginatives des éléments visuels (loi mécanique de la nature contre le rendu imaginatif d’un objet dans l’art).
  • Poursuivant dans la dernière partie du manuel ‘Energie cinétique et chromatique’, Klee donne des exemples de ‘cinétique créative’ défiant la force gravitationnelle telle que la force centripète dans le pendule et la toupie, ou une ‘flèche à plumes’. Il poursuit avec une flèche ‘symbolique’ illustrant les efforts similaires d’un homme pour se déplacer ‘un peu plus loin que d’habitude – plus loin que possible’.

Les derniers dessins du livre sont liés au champ chromatique et thermodynamique où une couleur est mise en relation avec le mouvement : “Le mouvement que l’on peut appeler infinitif…. n’existe que dans l’activation de la couleur se déplaçant entre les contrastes brûlants du noir absolu et du blanc absolu”.