Select Page

Villa Berteaux – Louis Herman de Koninck

Villa Berteaux – Louis Herman de Koninck

Cette maison familiale a été conçue en 1936 par l’architecte et designer Louis Herman de Koninck, pionnier du mouvement moderniste.

L’architecture a-t-elle besoin de parures pour être attrayante ? Après des siècles de persévérance dans l’architecture néoclassique et une longue période d’art nouveau gracieux, cette question est venue comme une rédemption pour la génération de Koninck. La réponse fut le début de l’architecture moderne. 

De Koninck a ainsi transformé la cuisine en un lieu de travail fonctionnel au service de la femme et a conçu la toute première cuisine modulaire. Cette cuisine emblématique « Cubex » est rapidement devenue un succès commercial. Dans la Villa Berteaux, la cuisine Cubex, avec ses poignées chromées semi-circulaires caractéristiques et ses petites coquilles avec des bocaux en verre pour un accès facile au sucre, à la farine ou aux herbes, a été agrandie et dotée d’un dessus noir contemporain.

L’ensemble de la villa a été transformé en maison contemporaine par les propriétaires actuels, dans le respect de la vision architecturale de Koninck. Comme Le Corbusier, le design est un plan ouvert, donnant beaucoup de possibilités d’interprétation. Dans le salon, la bibliothèque ouverte sans le mur coulissant en verre d’origine est une relique intemporelle. La porte coulissante japonaise entre le salon et le bureau a été retrouvée dans le jardin, rénovée et remplacée. La cheminée, par contre, est un ajout contemporain. Un clin d’œil à une réalisation de Mies van der Rohe en harmonie avec le langage du design de la maison, un beau lien entre le salon et la salle à manger.

La façade est restée intacte, à l’exception de quelques travaux d’entretien nécessaires.

Louis Herman De Koninck n’a pas seulement accordé une attention particulière à l’histoire et à l’artisanat, il a également recherché de nouveaux matériaux et techniques de construction. Il a très souvent produit une belle architecture pour la classe moyenne. Il a utilisé des matériaux brut et bon marché, comme le ciment et le plâtre, créant une architecture raffinée qui brille dans toute sa simplicité. C’est parfois difficile à saisir, mais dans cette maison l’harmonie vient des proportions et la poésie de l’incidence de la lumière. La verticalité de la façade par rapport à l’horizontalité à l’arrière, le salon en carré exact et le jeu des lignes de la maison se retrouve également dans le jardin, parfaitement dessiné à l’image de l’intérieur. L’entrée est sublime, le toit au-dessus de l’entrée se confondant avec la rangée de fenêtres qui, à leur tour, forment le volume à l’avant.

La Villa Berteaux n’est pas trop grande et se montre avec une simplicité caractéristique comme une collection de mondes différents. Chaque chambre est différente, y compris la terrasse sur le toit. Cette maison est un rêve, un paradis.